•  

    Les chevaliers d'Emeraude T6 et 7 Les chevaliers d'Emeraude T6 et 7

     

    La saga continue, c'est toujours un plaisir ! Cependant, le côté "il nous arrive un malheur -> Dylan / Fan / Théandras nous sauve" commençait à me lasser... Heureusement quelques rebondissements (l'enlèvement notamment) arrivent à point. Je dois dire que le tome 7 tournait un peu en rond quand même, il me semble que j'avais déjà eu cette impression lors de ma première lecture et qu'il y a une amélioration par la suite !

    L'univers continue de m'enchanter, j'avoue que je néglige mes autres lectures pour retrouver ces Chevaliers et leurs petites aventures, par contre le côté "on se jette des louanges" est un peu agaçant... Même les enfants parlent parfaitement bien et comprennent tout du premier coup... La manière de parler un peu lisse est parfois agaçante - mais a contrario je n'aurais pas aimé non plus que ce soit familier lol !

    Assez peu de choses à dire au final, les mêmes remarques que pour l'article sur les tomes 4 et 5, le style ne change pas. Je suis un peu mitigée quant à Onyx/Farell, Wellan et Bridgess sont un peu agaçants en parents qui passent tous ses caprices à leur fille.... Par contre j'ai admiré Kevin et j'ai aimé cette découverte de l'Empire d'Amecareth !

    Pour les couvertures, le 6 je pense à Onyx, et le 7 je ne sais pas, j'aurais dit Swan (mais elle est brune... J'avais pensé à Bridgess mais elle est blonde)


    votre commentaire
  • Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règne la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.

    La dernière lame

    Hum, je ne sais pas par où commencer... Disons que l'univers dans lequel se déroule l'histoire est je trouve très original : le monde que nous connaissons est petit à petit recouvert par les océans, s'ensuit des problèmes qui font un effet boule de neige et au final bon nombres de gens se retrouvent à errer et à se battre pour subsister.

    L'auteur ne s'étend pas forcément beaucoup sur les paysages, mais prend soin de glisser des petits détails par-ci par-là (parfois en utilisant vraiment un vocabulaire spécifique, je n'ai pas forcément toujours tout compris - pourtant je ne pense pas non plus avoir un niveau de vocabulaire qui soit faible). Cependant, j'ai souvent eu des difficultés à me représenter les différents lieux, ou même les différentes scènes, et je pense que cela a contribué au fait que je n'ai pas réussi à entrer vraiment dans l'histoire...

    De même, l'évolution du personnage de Marie, c'est très original, mais je suis restée en retrait, un peu perplexe - pourtant j'adore tout ce qui est Fantastique/Fantasy... Joad est plus intéressant, on le sent perdre peu à peu son optimisme et dvenir désabusé, ce que l'on comprend... Je n'ai pas trop réussi à cerner Jester ni Marie, mais je pense que c'était fait exprès. Et les autres personnages, et bien à peine rencontrés, à peine tués, pour la plupart - ça donne une image globale du contenu du livre lol !

    Ce livre m'a beaucoup fait penser à Druide, dans le schéma de l'histoire, cette destruction par l'ombre, les gens qui tentent vainement de lutter, l'avancée inexorable de la Mort... Mais autant j'ai été happée par Druide et bien que dégoûtée par les horreurs décrites je continuais à tourner avidement les pages, autant dans La dernière lame j'avais l'impression que le roman n'avait ni queue ni tête et je me suis ennuyée... Je pense que c'est un ouvrage qui plaira sans doute à certains, mais pour ma part rien d'extraordinaire, si ce n'est l'originalité de la trame de l'histoire - mais elle n'aura pas suffi à me convaincre...

    (Ah, et j'allais oublier : il y a des fautes d'orthographe, ça m'a également agacée ! Pas des messes, non, juste 3 ou 4 mais c'est bien assez !)

    images


    1 commentaire
  • Ceci est l'histoire de Kay Bartholdi, un roman par lettres comme on en écrivait au 18ème siècle. UN inconnu écrit à Kay, libraire à Fécamp, pour lui commander des livres.
    Au fil des lettres, le ton devient moins officiel, plus inquisiteur, plus tendre aussi.
    Kay et Jonathan parlent de leurs lectures, certes, mais entament un vrai dialogue amoureux. Ils se font des scènes, des confidences, s'engagent peu à peu dans une relation que Kay, hantée par le souvenir d'une déchirure ancienne, s'efforce de repousser...
    Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es et comment tu aimes...semble dire ce roman de Katherine Pancol, auteur, entre autres, d'Embrassez-moi, J'étais là avant ou Les yeux jaunes des crocodiles.

    Un homme à distance

    Mon avis va être assez bref, je n'ai pas aimé ce livre. J'avais été attirée par le résumé, par une histoire racontée par le biais de lettres, mais je n'ai pas réussi à entrer dedans, ce sera vite lu vite oublié. J'ai trouvé peu crédible la façon dont ils se livrent autant dès le début, la vision du frère ainsi que sa décision finale, bref, j'ai été sceptique tout du long et je me suis plus ennuyée qu'autre chose. La seule surprise fut l'auteur des lettres.

    http://www.smiley-emoticone.com/albums/smiley10/g217.gif


    6 commentaires
  • Swap Happy Birthday

    Cette année encore un très joli swap Happy Birthday ! J'ai notamment été très contente des livres reçus, je les voulais depuis un moment ! J'ai déjà lu et bien aimé "Sept ans de désir" :) Mention spéciale pour la carte que j'ai trouvée très rigolote !

    Merci beaucoup ce fut une très belle surprise que ce colis !


    5 commentaires
  • Les chevaliers d'Emeraude T4 et 5 Les chevaliers d'Emeraude T4 et 5

     

    Je continue dans ma lancée, et pour l'instant il s'agit encore de relectures. J'apprécie toujours autant la lecture de cette saga, l'auteur sait distiller des détails pour nous immerger dans les livres, on veut toujours en savoir plus. La vie privée des chevaliers a maintenant autant d'importance que leurs Ordre et leurs combats, et cela me plaît beaucoup. Cependant, si Jasson reste mon personnage préféré, j'accroche moins à Kira que dans les premiers tomes, elle est maintenant trop "lisse".

    J'ai donc dévoré ces deux tomes, néanmoins quelques points m'ont fait tiquer :

    - Lorsque l'esprit d'Onyx est chassé du corps de Sage, la réaction de Kira n'est, je trouve pas réaliste. Je veux dire, elle était depuis tout ce temps avec une autre personne, donc son comportement devrait changer, elle devrait apprendre à connaître la personne... Continuer à se comporter pareil, ne pas se poser de questions (sur sa personnalité etc, parce que le "vrai" Sage elle ne l'a connu que quelques jours à la base) me paraît beaucoup trop tiré par les cheveux.

    - Swan : j'aime bien le fait qu'on y attache de l'importance, qu'elle ait un carctère bien à elle etc, mais depuis le début du livre l'auteur met l'accent sur les règles de l'Ordre, l'obéissance , le respect etc... Et ce personnage tape du pied, part en claquant la porte, répond, désobéit... Et elle n'est pas réprimandée alors que d'autres se font rappeler à l'ordre pour moins que ça.

    - Wellan : qui passe de la colère en larmes en un rien de temps... Je n'arrive plus à cerner le personnage, on dirait qu'il n'est plus si sévère qu'au début, mais le revirement est rude, maintenant il s'effondre pour un rien...

    - Le trio Fan/Wellan/Bridgess : déjà, au départ ça m'a agacée que ce soit toujours Bridgess qui donne de l'amour à Wellan (en paroles ou en actes) et que lui "la tolère" plus qu'autre chose, mais c'est une situation qu'on retrouve régulièrement dans la vie réelle. Par contre ce que je ne trouve pas cohérent, c'est qu'on alterne deux versions de la relation Fan-Wellan : soit il a été ensorcelé (Kira elle-même le dit étant petite), soit ils vivent un grand amour (Theandras, je crois, dit que leur passion émeut même les dieux), et suivant les passages on a l'une ou l'autre de ces versions...

    -Petite erreur dans l'écriture : Sage raconte deux fois à Wellan son saut dans le passé au château d'Argent.

    Voilà, après comme je l'ai dit, ce sont des détails qui m'ont agacée, ils ne m'ont pas empêchée d'aimer cette relecture !

    Pour la couverture du tome 4, il est évident que c'est Kira sur la couverture, pour le 5 je ne sais pas, car Wellan est blong, peut-être est-ce Santo ? Mais au début des livres il a les cheveux courts donc je ne sais pas...


    1 commentaire
  • Dans la chaleur d'une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie et tente de démêler l’écheveau de son incroyable destin. Fils d'un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la Guerre de Cent ans. Il a changé le regard sur l'Orient, accompagnant le passage des Croisades au commerce, de la conquête à l’échange. Comme le palais auquel il a laissé son nom, château médiéval d’un côté et palais renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Il a voyagé à travers tout le monde connu, aussi à l’aise dans la familiarité du pape que dans les plus humbles maisons. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-quatre ans. Au faîte de sa gloire, il a connu la chute, le dénuement, la torture puis, de nouveau, la liberté et la fortune. Cet homme, c’est Jacques Coeur.

    Le grand coeur

    Je tiens à remercier les éditions Folio ainsi que Livraddict pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir ce roman.

    Le Grand Coeur est à l'image de Sinouhé l'Egyptien, de Mila Waltari : la vie d'un homme qui traverse son époque en la modifiant, en y laissant son empreinte. Dans ce livre, j'ai découvert un Jacques Coeur et un Charles VII autres que ceux présentés dans les livres d'Histoire. Deux hommes qui ont fait office de charnière entre la chevalerie et le début de la Renaissance. 

    Le style de Rufin est très agréable et cela change de certaines biographies aust§res et ennuyeuses que l'on peut parfois trouver dans le genre historique. En effet, au cours de ma lecture, j'ai eu l'impression d'être à côté de Jacques Coeur, aussi bien lorsqu'il se trouvait avec le Roi qu'à Damas ou encore sur l'île de Chio tellement les descriptions de l'auteur sont précises  - sans être pour autant fastidieuses à lire... Vous l'aurez compris, ce roman m'a fait voyager et m'a transporté au coeur de l'action !

    Ce qui m'a également fait aimé ce livre, c'est qu'il est à la portée de tous. Il m'a également fait réfléchir, car finalement on se rend compte que les siècles passent, que la royauté est devenue république, mais trois choses restent immuables :  finances, politique et justice... et les problèmes s'y rattachant !

    J'ai donc vraiment apprécié cette lecture, que je recommande aux amateurs du genre !


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires